1,5 milliards de FKM : Une aide budgétaire exceptionnelle pour l’Union des Comores

L’atteinte du point d’achèvement de l’Initiative PPTE et les bons résultats en termes de recettes publiques pour l’année 2012, ont permis à la France de mettre en place une aide budgétaire exceptionnelle à l’Union des Comores. Elle sera affectée à des dépenses additionnelles s’inscrivant dans le programme national de lutte contre la pauvreté conduit par le gouvernement comorien.
Après instruction menée à Paris par la Direction Générale du Trésor et le Ministère des Affaires Étrangères, l’octroi de la subvention a été approuvé par le conseil d’administration de l’Agence Française de Développement (AFD) du 20 décembre 2012 pour un montant global de près de 1,5 milliards de FKM. Ce don sera réparti en 3 volets :

Volet 1 : Secteur du médicament (490 millions de FKM). Ce montant correspond à l’apurement des dettes de la Pharmacie Nationale Autonome des Comores (PNAC) (environ 246 millions de FKM) et la constitution du stock de médicaments de la nouvelle entité devant lui succéder. Cette aide complètera les programmes français d’appui au secteur de la santé (PASCO 1 et PASCO 2) de l’AFD qui visent à améliorer la prise en charge des malades et la qualité des soins.

Volet 2 : Prise en charge de certains soins liés à la santé maternelle (246 millions de FKM).
Ce financement contribuera en particulier à la mise en œuvre de la gratuité de la césarienne, en complément du budget de l’Etat et des programmes PASCO, pour un coût total estimé à 492 millions de FKM par an. Ce projet s’inscrit dans le cadre de la campagne gouvernementale d’accélération de la réduction de la mortalité infantile et maternelle aux Comores.

Volet 3 : Travaux à haute intensité de main d’œuvre (492 millions de FKM).
Organisé dans le cadre du Fonds d’Appui au Développement Communautaire (FADC), jusqu’ici financé principalement par la Banque Mondiale, une centaine de projets seront soutenus sur l’ensemble des îles de l’Union. Bénéficiant directement aux populations et permettant la création d’emplois, ils porteront notamment sur l’aménagement et de l’entretien de petites infrastructures, sur des actions sanitaires, comme le ramassage des ordures, ainsi que sur des opérations de reboisement ou de protection du littoral.

Dernière modification : 07/01/2013

Haut de page