24 Septembre 2014 : Cérémonie de fin de formation du DIO

Discours de l’ambassadeur de France

24/09/2014

JPEG

Madame et Messieurs les membres du Gouvernement,
Monsieur le Directeur de cabinet du Président chargé de la Défense,
Son éminence le Grand Mufti,
Monsieur le Gouverneur de Ngazindza,
Monsieur le Gouverneur de la banque centrale,
Monsieur le chef d’Etat - major de l’armée nationale de développement,
Messieurs les officiers supérieurs des armées françaises et comoriennes,


Je suis très sensible à l’honneur qui m’est fait de participer, à cette cérémonie de remise de diplômes de fin du DIO.


Je voudrais souligner, au travers des actions de coopération de défense entre l’armée française et l’armée nationale de développement, notre détermination à faire vivre l’accord de partenariat qui nous lie et que nous devons faire prospérer ensemble. L’activité de ce DIO, qui se termine aujourd’hui, est très précisément conforme aux orientations données par ce texte bilatéral.


Qu’il me soit permis de remercier ici les Autorités comoriennes pour l’engagement de leurs forces et pour l’excellence de l’accueil réservé à nos formations : la légendaire hospitalité comorienne s’est une fois de plus ressentie sur le terrain par le climat chaleureux dans lequel ont pu travailler les militaires français qui viennent partager ici leur savoir-faire avec leurs frères d’armes comoriens.


Aujourd’hui s’achèvent donc, avec cette cérémonie de remise de diplômes, de nombreuses activités de formation, dont une formation au profit de la garde et des systèmes d’information et de communication.


Ces formations, dispensées par un détachement de la Légion étrangère stationné à Mayotte, et par des personnels des FAZSOI des SIC (système d’information et de communication) s’inscrivent parfaitement dans les perspectives de défense, qu’ensemble, nous avons soigneusement définies.


Ces activités témoignent de la volonté française d’aider l’Union des Comores à se doter des outils lui permettant d’assurer la sécurité de ses citoyens, d’exercer l’action de l’État en mer, de disposer d’un corps de garde-côtes adapté et d’améliorer ses systèmes de communication et informatique.


Ces missions des forces Françaises, impliquées dans la coopération, dans un contexte budgétaire difficile, représentent un effort important pour la France, déjà engagée au Mali, en RCA et dans d’autres pays, au service de la paix. Cet effort est une des preuves, s’il en est besoin, de l’attachement de la France à notre histoire commune, et de la pérennité des liens tissés entre nos deux nations tout au long des décennies passées.


Le chef d’état-major de l’armée nationale de développement, le colonel Idjihadi Youssouf s’est personnellement investi pour organiser, avec les forces Françaises stationnées dans l’Océan Indien, le bon déroulement de ces activités de coopération. Les efforts déjà consentis et à venir permettront à terme, d’atteindre nos objectifs communs de sûreté et de sécurité dans la région. Vous pouvez compter sur notre soutien dans ce domaine comme dans bien d’autres. Nous avons la chance de bénéficier d’une proximité géographique, culturelle et linguistique qui nous rend dépendants les uns des autres. Ces liens intimes se doivent d’être approfondis selon le souhait de nos dirigeants énoncé lors de la déclaration de Paris de 2013 pour le plus grand bien de nos populations.


Ensemble, nous avons à faire face aux défis de notre temps et, ensemble, nous réussirons grâce à l’indéfectible amitié qui nous unit.


Vive l’amitié franco comorienne, Vive l’Union des Comores, Vive la France et, encore une fois, merci aux FAZSOI, à la Légion Étrangère et à l’armée nationale de développement, pour avoir bien voulu consacrer leur temps et leur énergie pour cette noble cause !

Dernière modification : 07/11/2014

Haut de page