41 kilomètres de route construits par Colas aux Comores

L’entreprise Colas fut crée en 1929, pour l’exploitation d’un brevet, qui donne son nom à l’entreprise par la contraction Cold et de Asphalte (bitume à froid). Colas France devient leader mondial des travaux routiers dans les années 50.

Visiter le site Internet Colas en cliquant ici

Aux Comores, Colas est présente depuis les années 60. Elle y a réalisé des nombreuses routes. Ses projets sont rythmés par l’histoire politique du pays.

En 2011, Colas revient aux Comores à la demande du gouvernement. Le pays ne bénéficiant d’aucun programme d’entretien de route, ce sont les bailleurs de fonds internationaux qui planifient les interventions liées aux infrastructures routières.

PNG

Colas éxécute actuellement deux importants contrats. Les deux premiers sont financés sur fonds propres de l’Etat comorien), le premier à hauteur de 12 millions d’euros, pour 9 kilomètres de route à Mohéli et 17 kilomètres à Anjouan, et un second avec le même financement pour 17 km en Grande Comore.
Ils furent signés à la fin de l’année 2011, et prévoient 18 mois de travaux sur les trois îles. Initialement prévu pour commencer à Anjouan, se poursuivre à Mohéli, puis se conclure en Grande Comore, les projets ont finalement démarré presque simultanément.

Le maître d’ouvrage pour le troisième contrat en cours de Colas est l’Union Européenne, qui finance la construction d’une route à Mohéli, pour près de 4 millions d’euros.

Colas, qui dispose aux Comores de son propre navire pour importer le matériel requis, projette la fin de ses travaux à Anjouan à la fin du mois d’octobre. L’entreprise y a l’essentiel de ses installations : une station de concassage à Ouani ainsi qu’une centrale de fabrication des enrobés et une usine de transformation de bitumes (usine d’émulsions). A Mohéli elle dispose également des mêmes équipements installés à Djoézi.

PNG

La sous traitance dans ces deux îles est sollicitée uniquement pour les ouvrages d’assainissements (maçonnerie, bétons et trottoirs). Le personnel de Colas à Anjouan compte 250 salariés, dont 70 expatriés, plus 300 personnes embauchées par les sous-traitants. A Mohéli, l’effectif est de 120 personnes dont 40 expatriés, auquel il faut ajouter 100 salariés issus des entreprises sous-traitantes de Colas.

Les travaux de réfection des routes en Grande Comore qui ont débuté en avril 2012 devraient être terminés à la fin décembre 2012. Ces derniers seront entièrement sous-traités à l’entreprise EGT, qui a sa propre station d’enrobage.
Pour l’occasion, EGT multiplie ses effectifs, en embauchant environ une centaine personnes en Grande Comore. Colas assure cependant la conduite du chantier, par la présence permanente d’une équipe de 40 personnes composée de comoriens et de malgaches. Pour superviser l’ensemble des opérations, 4 expatriés français résident aux Comores durant la durée des travaux.

Les tensions salariales rencontrées par Colas en ce début d’année 2012 à d’Anjouan ont été traitées par un mutuel accord, l’aménagement du temps de travail, et le remplacement de l’assistance sociale (prise en charge par l’entreprise des frais médicaux des agents et de leurs familles) par une indemnité forfaitaire mensuelle.

PNG

L’arrivée à Moroni le 21 mai 2012 d’un bateau contenant un concasseur, cinq bétonnières, une niveleuse, un bulldozer, des compacteurs et autres équipements (400 tonnes) ont contribué à optimiser l’avancement des travaux sur le terrain. Colas attend l’arrivée le 29 juillet 2012 d’un deuxième voyage de son navire, le Barge Express, chargé d’un complément de matériels ainsi que de 220 tonnes de bitume.

Dernière modification : 29/06/2012

Haut de page