Aide humanitaire française : rapatriement de deux naufragés comoriens des îles Glorieuses

M. SALIM Enssoumddine et M. ISMAEL Mhadji pêcheurs anjouanais, originaires de Domoni, se sont perdus en mer sur leur trajet de retour de pêche entre Mohéli à Anjouan et, après avoir dérivé une semaine, ont touché la terre de l’une des deux îles de l’archipel des Glorieuses, la Grande Glorieuse.

Recueillis et pris en charge par les autorités françaises de l’île, ils ont bénéficié d’une assistance médicale qui a permis de constater qu’ils étaient en bonne santé en dépit d’une présence en mer prolongée. Dans le même temps, leurs familles à Mayotte avaient été informées de leur présence et de leur bon état de santé en collaboration avec les autorités comoriennes.

JPEG

N’envisageant pas de reprendre la mer à bord de leur embarcation en fibre de 7 m, non immatriculé et doté d’un moteur de 40 cv, fonctionnant correctement mais ne disposant pas de moyen de navigation, ces deux pêcheurs ont profité du soutien des FAZSOI (Forces armées dans la zone sud de l’océan Indien) en étant ramenés à Mayotte à bord d’un avion militaire français. Les FAZSOI ont fourni leur aide et soutien aux naufragés dans le cadre de l’assistance à personne en danger ; de par leurs moyens aériens, elles ont également appuyé la Préfecture des TAAF (Terres Australes et Antarctiques Françaises) et la préfecture de Mayotte dans leur gestion administrative de cette affaire en rapatriant ces naufragés de Glorieuses vers Mayotte.

En plus de l’action des TAAF, des FAZSOI, de la Préfecture de Mayotte, de la Police de l’Air, une chaîne de solidarité a été mise en place à Mayotte au bénéfice de ces personnes pour assurer leur séjour dans les meilleures conditions. La compagnie aérienne comorienne Inter Iles Air a offert leur rapatriement à Anjouan où ils ont été accueillis à l’aéroport de Ouani, vendredi 6 février 2015 par le chef de l’antenne consulaire du Vice-Consulat de France à Anjouan, le Directeur de Cabinet du Gouverneur et la presse locale

Alors que les familles s’apprêtaient à faire le deuil, les intéressés, avec beaucoup d’émotion, ont remercié la France, mais plus particulièrement le détachement des Glorieuses. Ils ne s’attendaient à être «  si bien reçus pendant leurs 4 jours passés sur l’île ».

JPEG

Dernière modification : 12/02/2015

Haut de page