Bilan positif de la campagne "Etudes en France" 2017 et annonce de la caravane des études supérieures

Lundi 9 novembre à 9 heures au Lycée Said Mohamed Cheikh de Moroni s’est tenue la conférence de presse de bilan 2017 la campagne « Etudes en France » 2017, en présence de Son Excellence Madame l’Ambassadrice Jacqueline BASSA-MAZZONI, Monsieur Djalim Abdallah, Secrétaire Général du ministère de l’Education nationale, Madame Laurence Arnoux, Conseillère de Coopération et d’Action Culturelle, M. Alain Maestroni, Chef de section consulaire et Madame Elise Nénot, Responsable de l’Espace Campus France.

Pour son action à l’international en faveur des étudiants étrangers, la France s’appuie sur Campus France, qui est un organisme de service public déployé dans 121 pays. Le premier rôle de l’Espace Campus France aux Comores est de permettre aux étudiants comoriens qui le souhaitent de mener des études supérieures en France en facilitant leurs démarches administratives auprès des établissements supérieurs français.

Pour la quatrième année aux Comores, ces démarches d’inscription sont centralisées sur la plateforme numérique « Etudes en France ». La mise en place de cette procédure dématérialisée témoigne de la volonté de la France de permettre au plus grand nombre d’étudiants comoriens d’avoir accès à l’enseignement supérieur français et de compléter ainsi leur cursus dans des licences, masters et doctorats que n’offre pas encore l’Université des Comores.
Avec 310 000 étudiants étrangers accueillis en moyenne chaque année, la France se situe au quatrième rang des pays d’accueil, après les Etats Unis, la Grande Bretagne et l’Australie et donc au premier rang des pays d’accueil francophones. La France mène depuis toujours une politique d’égalité de traitement des étudiants français et étrangers. Ainsi, les dépenses en matière d’enseignement supérieur représentent un investissement moyen de l’Etat français de 14 000 Euros par étudiant, quelle que soit sa nationalité. Les 2500 étudiants comoriens inscrits en France chaque année représentent pour l’Etat français un financement de plus de 35 millions d’euros annuels.
Cette action en faveur des étudiants aux Comores est articulée avec le dispositif national comorien et bénéficie de l’appui du ministère de l’Education nationale et particulièrement de l’Université des Comores.
Le bilan 2016-2017 est très positif. 1852 dossiers ont été déposés cette année par les étudiants comoriens à l’Espace Campus France, contre 1298 l’an dernier, soit une augmentation de 43%, et 590 dossiers ont obtenus une autorisation d’inscription dans un établissement d’enseignement supérieur. Cette année, 300 visas ont été accordés, soit 95 de plus que l’an dernier, ce qui correspond là encore à une augmentation d’un peu plus de 46% du nombre d’étudiants partants. Ces résultats très encourageants témoignent de l’intérêt des jeunes comoriens pour poursuivre leurs études supérieures en France.
Certes, la différence entre le nombre de dossiers déposés et le nombre d’étudiants partants reste importante et, comme l’an dernier, 16% des étudiants de la campagne « Etudes en France » 2017 poursuivent effectivement une scolarité en France. Les équipes de l’Ambassade de France travaillent de concert avec celles du ministère de l’Education nationale et e l’Enseignement supérieur pour continuer à progresser sur ce point, et ce taux s’explique principalement par deux facteurs :
-  D’abord, il reflète le taux de réussite au premier tour du baccalauréat, inférieur cette année à ces 16%, et témoigne du niveau académique insuffisant des lycéens et des étudiants. La France a endossé la responsabilité d’agence de coordination du Partenariat Mondial de l’Education pour participer activement à l’amélioration de la qualité de l’enseignement et soutient les actions stratégiques du ministère pour obtenir les résultats escomptés. Le niveau des lycéens et des étudiants, notamment en langue française, doit s’améliorer pour espérer augmenter ce ratio de partants.

-  La deuxième cause réside dans l’inadéquation entre les demandes d’inscriptions faites par les étudiants et leur profil. Campus France et le SCAC de l’Ambassade de France travaillent là encore en partenariat étroit avec le Ministère de l’éducation nationale et l’Université des Comores sur ces questions liées à l’orientation. Pour pallier à ce déficit d’information des étudiants, un forum de l’orientation et des métiers a été organisé en 2016, et cette année, ce dispositif d’aide à l’orientation se déplacera dans dix lycées de Moroni, avant d’aller à la rencontre des lycéens et étudiants d’Anjouan et de Mohéli tout au long de ce mois de novembre. Cette « caravane des études supérieures » mettra l’accent sur plusieurs secteurs jugés prioritaires : l’agroalimentaire, le génie civil et BTP, l’informatique et l’énergie/eau/assainissement et elle fera intervenir les acteurs professionnels concernés qui informeront les jeunes comoriens sur les formations et les débouchés professionnels.

Saluons l’implication du Modec et de la Nouvelle Opaco, qui ont mobilisé leurs entreprises membres, et félicitons les entreprises et structures de leur présence durant cette caravane.

JPEG - 1.9 Mo
De gauche à droite : M. Mohamed Ali Abdallah, Proviseur du Lycée Said Mohamed CheikhMadame Laurence Arnoux, Conseillère de Coopération et d’Action Culturelle, Monsieur Djalim Abdallah, Secrétaire Général du ministère de l’Education nationale,Son Excellence Madame l’Ambassadrice Jacqueline BASSA-MAZZONI, M. Alain Maestroni, Chef de section consulaire et Madame Elise Nénot, Responsable de l’Espace Campus France.
JPEG - 1.7 Mo
Son Excellence Madame l’Ambassadrice Jacqueline BASSA-MAZZONI et Mme Anazra Mohamed, entrepreneuse dans la vente de Moringa.
JPEG - 1.3 Mo
Les lycéens du Lycée Said Mohamed Cheikh visitent les stands de la caravane
JPEG - 997.3 ko
M. Mahamoudou Ali Mohamed, ancien étudiant en France, aujourd’hui Président de la Nouvelle Opaco.

Dernière modification : 09/11/2017

Haut de page