Cérémonie de signature de la convention de financement du projet de Service Civique d’Aide à l’Insertion (SCAI)

Mardi 25 février s’est tenue la cérémonie de signature de la convention de financement du projet de Service Civique d’Aide à l’Insertion (SCAI) en présence des ministres des Finances et du Budget, Saïd Ali Saïd Chayhane et de la Jeunesse et de l’Emploi, Nourdine Ben Ahmed ; et de l’ambassadrice de France, Jacqueline Bassa-Mazzoni, accompagnée d’Hubert Olié, Conseiller de coopération et d’Action culturelle de l’Ambassade de France, et de la directrice générale de l’Agence française de développement (AFD), Bénédicte Brusset.

JPEG
L’ambassadrice de France, Jacqueline Bassa-Mazzoni et le ministre des Finances et du Budget, Saïd Ali Saïd Chayhane. (Photo : Youssouf IBRAHIM)

Entrant dans le cadre du Plan de développement France-Comores (PDFC) signé le 22 juillet 2019 à Paris d’un montant de 150 millions d’euros, le Service civique d’aide à l’insertion ou SCAI a pour objectif de former les jeunes Comoriens à des métiers convergents avec les besoins de l’économie comorienne, en vue de leur assurer une insertion professionnelle durable.
Financée par la France via l’Agence française de développement – AFD - à hauteur de 1,5 million d’euros, la phase pilote contribuera, dans un premier temps, à la formation et l’insertion d’une centaine de jeunes volontaires, dans le centre SCAI qui sera ouvert à l’été 2020 à Anjouan.
Au terme de la phase pilote, le programme s’étendra aux trois îles et permettra de former de 1500 à 3000 jeunes par an.
Ce projet vient faire écho à la volonté affirmée du chef de l’État, Azali Assoumani, de faire de la jeunesse le socle de l’émergence des Comores à l’horizon 2030, a rappelé le ministre des Finances.
Comme l’a souligné l’ambassadrice de France dans son intervention, le projet SCAI a pour but, en formant des centaines de jeunes à des métiers utiles, de contribuer à la création de richesses et des services indispensables au développement du pays, avec, à la clé, l’ambition de faire diminuer le taux de pauvreté dû au chômage en milieu rural et urbain.

JPEG
À gauche de Madame l’ambassadrice, Bénédicte Brusset, directrice générale de l’Agence française de développement (AFD), et Hubert Olié, Conseiller de coopération et d’Action culturelle de l’Ambassade de France. À droite, le ministre des Finances, Said Ali Said Chayhan, et le ministre de la Jeunesse et de l’Emploi, Nourdine Ben Ahmed. (Photo : Youssouf IBRAHIM)

Dernière modification : 11/03/2020

Haut de page