Conseil économique de l’ambassade de France auprès l’Union des Comores et déjeuner-débat, le 9 janvier 2020.

Le Conseil économique de l’ambassade de France auprès de l’Union des Comores, qui s’est tenu le mercredi 9 janvier 2020, suivi d’un déjeuner-débat à la résidence de France, a été l’occasion de réunir les représentants des entreprises françaises implantées aux Comores et les acteurs institutionnels des secteurs économique, financier et bancaire. Au programme, un état des lieux de la situation macro-économique de l’année écoulée, un tour d’horizon du climat des affaires et les principales projections pour 2020.

JPEG

Les participants du Conseil économique lors du déjeuner-débat organisé à la résidence de France. Au micro, Didier Vandenbon, directeur général de Moroni Terminal (Bolloré Africa Logistics).

Le Conseil économique qui a ouvert l’année 2020 s’est déroulé en présence du conseiller économique, Frédéric Choblet, en résidence à Madagascar, et de la conseillère financière adjointe du service économique régional, Sylvia Malinbaum, en résidence au Kenya. Après les propos introductifs de l’ambassadrice de France auprès de l’Union des Comores, Jacqueline Bassa-Mazzoni, qui a souligné le soutien apporté par l’ambassade aux activités des entreprises françaises, Frédéric Choblet et Sylvia Malinbaum ont procédé à une présentation des données économiques de l’année 2019 et de l’environnement des affaires aux Comores. La relation bilatérale, marquée par la signature du document-cadre de partenariat (DCP), l’annonce du Plan de développement France-Comores (PDFC), le 22 juillet 2019, et la tenue de la Conférence des partenaires au développement des Comores (CPAD), les 2 et 3 décembre 2019 à Paris, ont également été au centre des discussions.

Les échanges se sont poursuivis autour d’un déjeuner-débat organisé à la résidence de France, auquel se sont joints plusieurs membres du gouvernement comorien, notamment le ministre de l’Economie, des Investissements et de l’Energie, Houmed M’Saidié, invité d’honneur ; le secrétaire d’Etat chargé de la Fonction publique et de la Modernisation des administrations publiques, Soilihi Mohamed Djounaid ; ainsi que le secrétaire d’Etat chargé de la Diaspora auprès du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Takiddine Youssouf.

JPEG
La table d’honneur, présidée par l’ambassadrice de France auprès de l’Union des Comores, Jacqueline Bassa-Mazzoni (au micro), avec à ses côtés le secrétaire d’Etat chargé de la Fonction publique et de la Modernisation des administrations publiques, Soilihi Mohamed Djounaid (à g.), et le représentant résident adjoint du PNUD, Titus Osundina (à d.).

Les questions et remarques des intervenants ont porté sur la faible pression fiscale exercée dans l’archipel (10%) et l’enjeu de la collecte des impôts, que le gouvernement comorien souhaite faciliter à travers la télé-déclaration et l’informatisation des services administratifs dans le cadre du projet E-Gov. Par ailleurs, nombre d’opérateurs privés ont pointé les freins et blocages pesant sur les activités de leurs entreprises, en particulier la difficulté de conclure des conventions d’établissement. Sur ce point, le ministre Houmed M’Saidié et le directeur général de l’Agence nationale de promotion des investissements (ANPI), Abdou Katibou, ont réitéré leur volonté de faire respecter le cadre législatif et règlementaire régissant les relations entre les entreprises et l’Etat, avec l’objectif d’améliorer les performances de l’Union des Comores dans le classement « Doing Business » réalisé chaque année par la Banque Mondiale, l’archipel se positionnant à la 164ème place en 2019. Le ministre Houmed M’Saidié a également remercié l’ensemble du secteur privé et sa participation active lors de la CPAD, avec des promesses d’investissement annoncées à hauteur de 2,9 milliards de dollars (2,6 milliards d’euros).

JPEG
Le ministre de l’Economie, des Investissements et de l’Energie, Houmed M’Saidié, entouré de son directeur de cabinet, en charge de l’Intégration économique, du Tourisme et de l’Artisanat, Abdou Saïd Salim (à d.) et du représentant résident de la Banque Mondiale, Rasit Pertev, (à g.).

Dernière modification : 11/03/2020

Haut de page