Inauguration de l’école primaire « Ikoni Mutuelle » de la ville d’Ikoni, 24 août 2019

Toimaya ya Maoudou (« Espoir pour demain ») : une initiative citoyenne exemplaire à Ikoni.

JPEG

Une partie de l’équipe de l’association Toimaya ya Maoudou et Fabienne Drout-Lozinski, conseillère politique, devant la plaque des partenaires de l’école.

Samedi 24 août, l’association Toimaya ya Maoudou (« Espoir pour demain ») a organisé une cérémonie d’inauguration des locaux de l’école primaire « Ikoni Mutuelle » de la ville d’Ikoni, en présence des partenaires qui ont soutenu sa réhabilitation : le représentant du ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement et de la Recherche scientifique de l’Union des Comores ; l’Ambassade de France, représentée par Fabienne Drout-Lozinski, conseillère politique ; la maire d’Ikoni, Amina Ali ; le gouverneur de la Banque fédérale des Comores, Dr Younoussa Imani ; les notables de la commune, les enseignants, les parents d’élèves et de très nombreux élèves.

Toutes les interventions, dont celle d’Amina Ali, maire d’Ikoni, ont mis l’accent sur l’importance de l’apprentissage des fondamentaux dispensés par l’enseignement préscolaire et primaire. La maire d’Ikoni a, en outre, renouvelé l’engagement de la commune à poursuivre les chantiers de modernisation de cette « école pilote » et à soutenir la jeunesse, « une jeunesse dynamique, vivier de talents et futurs citoyens des Comores », selon les mots de Fabienne Drout-Lozinski, conseillère politique de l’Ambassade de France.

Aujourd’hui, l’école compte 125 élèves et plus d’une soixantaine d’étudiants bénéficient d’un soutien scolaire assuré par l’équipe pédagogique, ainsi que par des bénévoles de l’association. Une réussite accompagnée par l’ambassade de France, qui lui a accordé pour l’année 2018-2019 une subvention de 20 000 euros, dans le cadre du programme PIDAD (Programme Initiative Diaspora Agriculture et Développement Durable). L’association souhaite à présent mettre en place des outils d’apprentissage numériques, qui permettront aux élèves d’étudier en ligne et à distance. L’installation de panneaux solaires et d’une déchetterie complètera les infrastructures de l’école, dès 2020.

L’Association Culturelle Comorienne (ACC), association de la diaspora comorienne de la ville de Nantes, a également remis à l’association une contribution de 2 000 euros, levée auprès de ses membres afin de poursuivre l’œuvre commune.

Cet été, avec l’aide de l’équipe d’artistes de Swana Studio, les bénévoles et les enfants de l’école ont réalisé une fresque multicolore, pour inciter les jeunes à développer leur talent artistique et mieux s’approprier leur lieu d’éducation.

Photo de groupe devant la fresque peinte cet été par les élèves, aidés des artistes de Swana Studio.

Enfin, samedi soir, le rappeur Cheikh MC a donné un concert dont les fonds ont été reversés à l’association et à ses projets futurs.

Qu’est-ce que « Toimaya ya Maoudou » ?

« Toimaya ya Maoudou » est une association à but humanitaire qui dispose d’une branche française et d’une branche comorienne : créée en 2017 par six étudiants ingénieurs de l’Institut Catholique des Arts et Métiers de Nantes (ICAM Nantes), dont un étudiant issu de la diaspora comorienne, elle s’est donnée pour mission d’offrir à un maximum d’enfants et d’étudiants comoriens la possibilité d’apprendre et de poursuivre une scolarité dans les meilleures conditions, afin de faciliter leur future insertion professionnelle. Chaque année, l’association lève des fonds en vue de poursuivre la rénovation du complexe éducatif – qui comprend une salle de soutien scolaire, une bibliothèque et une salle informatique –, les salles de classe et les équipements de l’école.

Tous les ans, les jeunes membres comoriens et français de l’association Toimaya ya Maoudou mutualisent leurs efforts et s’investissent dans les travaux, aux côtés d’artisans locaux. L’équipe française compte de nouveaux volontaires chaque année, accueillis pendant plusieurs semaines par les familles d’Ikoni.

Dernière modification : 29/10/2019

Haut de page