Institut national de la Recherche agronomique : du terroir à l’universel

JPEG

.

La douceur de la fourrure d’un lapin, la saveur acidulée d’une pomme ou la sécurité alimentaire, autant de sujets de recherches pour l’INRA, l’Institut national de la Recherche agronomique. Si ses laboratoires se concentrent d’abord sur des problématiques propres à la France, les solutions élaborées servent d’exemples à travers le monde ; pour un enjeu crucial et de plus en plus urgent : nourrir suffisamment la planète tout en préservant l’environnement.

.

L’INRA n’est pas seulement un institut parisien, installé sur la très chic Rive gauche. Sa spécificité provient d’un maillage extrêmement dense et varié du territoire français, de métropole comme d’outre-mer. 19 centres, où travaillent 8500 chercheurs, ingénieurs et techniciens, sont implantés dans toutes les régions de France. Des forêts giboyeuses des Ardennes aux marais du Berry, des zones montagnardes des Alpes aux côtes ciselées de la Bretagne, l’INRA compte plus de 200 unités de recherche et 50 unités de plateformes expérimentales. Le champ d’expérience de l’INRA n’est pas seulement un pays de plus de 675 417 km2, c’est surtout un défilé de paysages, très contrastés, aux climats différents. Un patrimoine naturel riche, certes, à la palette étendue mais qui constitue aussi autant de complexités pour l’agriculture, l’élevage et la sylviculture. L’objectif de l’INRA est que ces complexités ne deviennent pas des problèmes insolubles. La multiplicité de ce réseau, sans équivalent en Europe, place l’INRA au premier rang des instituts de recherche agronomique européens, et au deuxième rang dans le monde.

.

Apprenez en plus sur les recherches de l’INRA en consultant le fichier PDF ci-dessous :

PDF - 133.9 ko
(PDF - 133.9 ko)

Dernière modification : 21/10/2011

Haut de page