Le portrait de la femme du mois (Juillet)

JPEG

Bonjour Feta, Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Bonjour, je m’appelle Feta Ahamada, j’ai 25 ans et je suis actuellement étudiante en droit des affaires et athlète de haut niveau représentant les Comores.

Comment en êtes-vous arrivé à l’athlétisme ?

Je suis arrivée dans l’athlétisme un peu par hasard ! En fait c’est grâce a une voisine qui pratiquait, un jour où il y avait une compétition pour les jeunes, je l’ai accompagnée. Les épreuves consistaient en une course, un lancer, et un saut. Cela m’a tout de suite plus et ça dure depuis bientôt 13 ans maintenant.

Que vous apporte le sport ? Quelles sont les valeurs essentielles qu’il véhicule ?

Le sport m’a permis de faire des rencontres, de pouvoir croiser des gens formidables qui m’ont apporté énormément, et qui feront toujours partie de ma vie. Le sport m’a aussi donné l’opportunité de pouvoir découvrir des pays et des cultures différentes, ce qui est une richesse. L’athlétisme m’a appris beaucoup de choses : le goût de l’effort, la patience, l’organisation, la persévérance, cela m’a aussi rendu moins timide, plus sociable.

Parvenez-vous à vivre de votre passion ?

Avec l’aide précieuse d’Hilmy (président de la fédération d’athlétisme des Comores) et le soutien des membres du comité Olympique j’arrive à peu près à m’en sortir. Mais les choses seraient beaucoup plus simples si le gouvernement, et surtout le ministère des sports, ne nous ignorait pas et nous aidait un peu plus.

Comment voyez-vous votre participation aux prochains JO ?

Les Jeux de Londres seront l’occasion de tenter d’améliorer mes performances, et d’établir de meilleurs temps. J’aimerai en profiter pour rencontrer d’autre athlètes, pour faire des connaissances, et puis aussi de découvrir d’autres sports.

En ce moment, où vous entrainez vous ?

Pour le moment je suis à Paris, où je m’entraîne seule en suivant les plans de mon coach Dwayne Jarrett.

Quelles difficultés rencontrez-vous dans votre quotidien d’athlète ?

Les difficultés sont les blessures, la fatigue, et le fait de s’entraîner seule n’aide pas vraiment. De plus financièrement ma famille traverse une passe difficile et j’essaye d’aider au mieux mais l’inexistence du soutien de l’Etat rend les choses difficiles.

D’ailleurs sans Hilmy je n’arriverais même pas à survivre à l’heure qu’il est et je l’en remercie car il se donne beaucoup de mal pour m’aider et à toujours cru en moi.

Quels sont vos prochains défis professionnels et personnels ?

Mes études étant terminées je réfléchie à mon avenir. Je ne sais pas encore ou je serais et ce que je ferais mais il est certain que je dois travailler et continuer le sport car j’ai encore des progrès à faire.

JPEG

De nombreux athlètes pratiquent bien après 30 ans, cela veut-il dire que nous avons une chance de vous voir continuer encore longtemps ?

Il est fort probable que je continue si j’arrive à m’en sortir financièrement car on estime que la maturité athlétique d’une femme athlète se trouve autour des 28 ans.

Si vous deviez donner quelques conseils à une jeune fille qui souhaite marcher dans vos pas, que pourriez-vous lui conseiller ?

Le sport apporte beaucoup de bonnes choses mais il faut avoir un minimum de bagage scolaire pour avoir un "plan B" !
Si je voyais une jeune fille me posant la question je lui répondrais : « Si tu aimes te surpasser, progresser, rencontrer des gens, voyager le sport est une bonne occasion. Et même les femmes y arrivent !! Peu importe l’âge, l’origine, la classe sociale, avec du travail, la foi et un bon entourage tout est possible ».

Que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

Pour la suite, on peut me souhaiter la santé pour mes proches et moi, de nouveaux records et du courage...

Dernière modification : 10/07/2012

Haut de page