Les chauves-souris, réservoir de virus ?

© IRD / J-J Lemasson - JPEG

Les chauves-souris sont porteuses de nombreuses maladies potentiellement réémergentes chez l’homme et les autres animaux. Une étude, réalisée en collaboration avec des chercheurs de l’Institut de Recherche pour le Développement et publiée dans Nature communications , révèle la menace qu’elles représentent.

Les chiroptères s’avèrent en effet à l’origine des paramyxovirus, responsables entre autres de la rougeole, des oreillons et de nombreuses infections respiratoires, parmi les premières causes de mortalité infantile dans le monde. Ce sont ces petits mammifères volants qui auraient transmis ces agents infectieux à l’ensemble du règne animal.

© IRD / J-J Lemasson Eidolon helveum au Gabon - JPEG

Les chercheurs ont découvert 60 nouvelles espèces de paramyxovirus. Mais ils viennent surtout d’observer chez les chauves-souris des formes génétiquement proches de paramyxovirus que l’on pensait spécifiques à l’homme.

L’existence d’un tel réservoir animal compromet les espoirs d’éradication de certaines maladies humaines comme la rougeole. D’autres virus, tels que les fulgurants Hendra et Nipah qui sévissent en Asie et en Australie, ont également été observés en état de latence en Afrique. Les chiroptères doivent dès à présent être mis sous haute surveillance.

Contacts

- Eric Leroy, directeur de recherche à l’IRD

eric.leroy@ird.fr

UMR Maladies infectieuses et vecteurs : écologie, génétique, évolution et contrôle

Mivegec (IRD / CNRS / Universités Montpellier 1 et 2)

IRD - 911, Avenue Agropolis, 34032 Montpellier

JPEG

Dernière modification : 28/05/2012

Haut de page