Neutralisation de munitions obsolètes

Du 29 novembre au 13 décembre 2012, le Groupe d’Intervention "Nedex" appartenant aux Forces Armées stationnées dans la zone Sud de l’Océan Indien (FAZSOI) (île de La Réunion) a mis à la disposition de l’armée comorienne deux spécialistes en munitions, soutenus par un médecin, un infirmier, et un officier assurant la sécurité.

JPEG

JPEG La tâche délicate de cette opération a consisté à neutraliser des munitions obsolètes et potentiellement dangereuses.

Suite à l’audit réalisé en septembre 2011 par des spécialistes des FAZSOI, le Gouvernement Comorien avait, en effet, demandé officiellement le soutien de la France pour sécuriser le dépôt de munitions de la caserne de Kandani, siège de l’état major de l’armée nationale de développement (AND).

Tous les responsables avaient en mémoire l’incident survenu au Congo le 04 mars 2012, quand l’explosion d’un dépôt de munitions avait soufflé un quartier de Brazzaville, faisant plus de 150 morts.

Ainsi, durant près de 15 jours, le Groupe d’Intervention français s’est mis à la disposition de l’Armée Comorienne pour, dans un premier temps, neutraliser au camp de Kandani même, les munitions jugées intransportables, puis pour transporter sur le terrain militaire d’Itsoundzu les lots de munitions afin de les faire exploser dans des fosses spécialement aménagées pour la circonstance.

JPEG
JPEG
JPEG
JPEG
JPEG
JPEG

Près de 800 kg de munitions périmées les plus diverses ont pu ainsi être détruites en toute sécurité : mines anti-chars, roquettes, obus de mortiers, grenades, etc…

JPEG
JPEG

Outre le fait d’apporter plus de sécurité à la communauté militaire Comorienne et de resserrer un peu plus les liens d’amitié existant entre militaires français et comoriens, cette coopération avec les FAZSOI a permis un enseignement des méthodes utilisées pour la gestion des munitions.

Dernière modification : 12/12/2012

Haut de page