PASCO II : 4 milliards de KMF pour le soutien à la santé aux Comores

Le Vice-président en charge du Ministère des Finances, M. MOHAMED ALI SOILIHI, l’Ambassadeur de France auprès de l’Union des Comores, M. Philippe LACOSTE, le Directeur du siège local de l’Agence Française de Développement (AFD), M. Jean-François VAVASSEUR, en présence de la Ministre de la Santé, Mme Moinafuraha AHMED, ont signé, le 2 mai 2013, une convention de financement pour un montant total de près de 4 milliards de Francs Comoriens (8 millions d’euros).

JPEG

Le Vice – Président en charge du Ministère des Finances, l’Ambassadeur de France et le Directeur du siège local de l’Agence Française de Développement (AFD), lors de la signature du PASCO II

Cette subvention de l’Agence Française de Développement est destinée à la mise en œuvre du 2ème Programme d’Appui aux Secteur de la Santé aux Comores (PASCO2). D’une durée de 4 ans, ce deuxième volet d’aide permettra de renforcer et d’assurer la continuité et l’amplification des actions initiées par le PASCO. En effet, les activités déployées préférentiellement à Anjouan et Mohéli dans le cadre du premier financement du PASCO, intégreront aussi la Grande Comore, île la plus peuplée de l’Union. Ce nouveau concours financier témoigne de l’importance attachée par les signataires, à la santé des populations comme condition du développement du pays.

Le PASCO2 prend en compte les priorités actuelles du secteur de la santé maternelle et infantile telles que la santé de la reproduction et la planification familiale, ainsi que la lutte contre la mortalité maternelle et néonatale. Ce programme se fixe comme objectifs spécifiques de réduire la mortalité maternelle et la mortalité néonatale, d’améliorer la disponibilité et la qualité des soins de santé et de renforcer le cadre institutionnel et les capacités du Ministère de la santé.

JPEG

Ce nouveau Programme se déroulera de 2013 à 2017, et comporte quatre composantes :

• La première composante consiste à appuyer la politique de planification familiale.

L’espacement des naissances est un élément clé d’une politique de santé de la mère et de l’enfant. C’est aussi un enjeu majeur de développement économique et social, notamment pour les États insulaires.

Le PASCO 2 appuiera la politique nationale en matière de planification et s’inscrira dans une complémentarité avec l’action du FNUAP, principal intervenant dans le domaine de la santé de la reproduction et de la promotion du genre.

• La deuxième composante concerne le développement des ressources humaines.

Le programme appuiera la mise en œuvre du Plan National de Développement des Ressources Humaines en santé (PNDRH) 2010-2015, notamment en améliorant la formation des professionnels prenant en charge les mères et les enfants (infirmiers, sages-femmes, anesthésistes et chirurgiens pour les césariennes, etc.). Pour ce faire, le programme interviendra à trois niveaux : en améliorant la formation initiale des personnels paramédicaux à l’Ecole de médecine et de santé publique (EMSP) ; en développant les filières de formation à l’étranger pour certaines professions de santé et en appuyant le Ministère de la santé dans la gestion des ressources humaines.

• La troisième composante vise à renforcer les services de santé.

Le Programme poursuivra l’action du PASCO en faveur des 5 principaux hôpitaux du pays notamment pour ce qui est de l’appui à la gouvernance. Le travail sur les projets d’établissement ainsi que la mise en place d’outils de gestion, seront poursuivis et amplifiés.

Un effort particulier sera consenti en faveur du Centre Hospitalier National (CHN) El Maarouf. Le PASCO 2 réhabilitera et équipera la maternité d’El Maarouf, qui réalise aujourd’hui 3400 accouchements par an dans des conditions très difficiles. Cette réhabilitation permettra aussi une meilleure articulation avec le service de néonatalogie afin de créer l’équivalent d’un « pôle mère-enfant » fonctionnel.
La réhabilitation de la maternité d’El Maarouf s’accompagnera d’un renforcement de l’offre obstétricale dans la région centrale de Ngazidja afin de désengorger le CHN El Maarouf et lui permettre de se recentrer sur sa mission d’hôpital de référence.

• La quatrième composante concerne l’accessibilité financière et le financement par la performance.

Dans le cadre du PASCO, une expérience de financement des structures de santé basée sur la performance a été menée dans deux districts d’Anjouan et à Mohéli. Cette approche permet de financer par la base le système de santé tout en renforçant la qualité de l’offre de soins. L’initiative sera poursuivie dans le cadre du PASCO 2 et étendue progressivement à l’échelle du pays.

Le PASCO 2 interviendra au niveau institutionnel pour appuyer l’État dans l’élaboration des politiques nationales de financement de la santé et le Ministère de la Santé assurera la maîtrise d’ouvrage du Projet.

Dernière modification : 03/05/2013

Haut de page