PIROI : aide aux sinistrés de Mahalé et inauguration d’un entrepôt à Moroni

Aide de la plate-forme d’Intervention Régionale de l’Océan Indien aux sinistrés d’Anjouan

Le cyclone Hellen, qui est passé à 175 kilomètres au Sud de l’archipel des Comores du 26 mars au 1er avril dernier, a provoqué de nombreux dégâts matériels, notamment sur l’île d’Anjouan, où 3300 personnes ont du êtres déplacées. Les villages côtiers ont été affectés par une montée des eaux causant des inondations et le village de Mahalé, au Nord-Est de l’île d’Anjouan, a été traversé par une fissure dans le sol causée par un phénomène sismique, que les précipitations et les glissements de terrain ont fortement aggravé.

JPEG

Le Mouvement International de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge se mobilisent pour venir en aide aux sinistrés. La Plate-forme d’Intervention Régionale de l’Océan Indien (PIROI), gérée par la Croix-Rouge française, appuie les activités du Croissant-Rouge Comorien et déploie du matériel depuis ses entrepôts régionaux. Le programme PIROI est cofinancé notamment par l’Union européenne, l’État français, l’Agence française de développement (AFD), ainsi que les collectivités locales de l’île de La Réunion. En partenariat avec les sociétés nationales de la Région de l’Océan Indien, la PIROI mène des activités de préparation et de réponses aux catastrophes dans la zone du Sud-Ouest de l’Océan Indien.

Sur l’île d’Anjouan, il s’agit en priorité de réduire les risques sanitaires et notamment les risques épidémiologiques, d’améliorer l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, et de subvenir aux besoins en abris d’urgence pour les populations sinistrées.

Face à la situation d’urgence sur l’île d’Anjouan, la Croix-Rouge française a acheminé, en appui avec le Croissant-Rouge Comorien, du matériel à partir de sa Plate-forme d’Intervention Régionale basée à La Réunion. Plusieurs centaines de kits d’hygiène, de produits de traitement d’eau et d’assainissement ont été déployés des entrepôts régionaux de la PIROI à La Réunion vers Moroni aux Comores, puis ont ensuite été transportés sur le bateau VIGOR ZANZIBAR II vers les zones sinistrées de l’île d’Anjouan les dimanche 13 et 14 avril.

Les équipes humanitaires travaillent également sur le terrain afin d’améliorer les conditions d’hygiène des personnes déplacées.
La PIROI a aussi envoyé des tentes et des bâches afin de reloger les habitants. Au total, c’est une tonne et demi de matériel qui a été acheminé.

Inauguration de l’entrepôt du réseau PIROI le mardi 29 avril

Afin de répondre au mieux aux risques de catastrophes naturelles, le Croissant-Rouge Comorien et la Croix-Rouge Française, à travers la PIROI, coopèrent afin de mutualiser leur moyen humain et matériel. La France a fait le choix stratégique, notamment suite aux pluies torrentielles qui se sont abattues sur Grande Comore en 2012 et au passage du cyclone Hellen fin mars–début avril 2014, de renforcer l’aide attribuée aux Comores afin que l’archipel prépare au mieux ses capacités de réaction face aux risques naturels.

Il a été décidé de construire un entrepôt à Moroni, d’une capacité de 80 tonnes de matériel de secours (abris d’urgence, traitement d’eau, kits de première nécessité, etc.). Cet entrepôt, financé par des fonds de l’Agence Française de Développement (AFD) à hauteur de 231 000 euros, est implanté sur un terrain cédé gracieusement au Croissant-Rouge par l’Etat Comorien.

La construction de cet entrepôt s’inscrit dans le cadre du projet régional qui a démarré en 2009 avec le soutien de l’AFD, afin d’améliorer la capacité logistique de réponse aux catastrophes naturelles des Comores, de Madagascar et des Seychelles. L’AFD a déjà financé 4 entrepôts (2 à Madagascar, 1 aux Comores et 1 aux Seychelles) à hauteur de 750 000 euros.

Cet entrepôt sera inauguré le mardi 29 mai en présence du Vice-président en charge du Ministère de la Santé, du Président du bureau Régional du Croissant-Rouge Comorien, de hauts responsables de la Croix-Rouge Française ainsi que de représentants de l’Ambassade de France. Cet évènement souligne une fois de plus la bonne coopération entre les institutions nationales comoriennes et françaises.

JPEG

JPEG

Le discours de la Première Conseillère, Madame Francy Degardin, prononcé à l’occasion de la cérémonie d’ouverture :

Monsieur le Vice-président en charge de la Santé
Monsieur le Représentant du Ministre de l’Intérieur
Monsieur le Chef d’Etat Major
Monsieur le Préfet du Centre
Monsieur le Commissaire en charge de la santé de Ngazigja
M. le Président du Croissant rouge comorien
Monsieur le Président du bureau régional du Croissant rouge comorien
Monsieur l’Administrateur de la Croix rouge française de la Réunion
Monsieur le chef de la délégation de la PIROI
Monsieur le Directeur de l’Agence française du développement
Madame et messieurs les représentants du système des Nations Unies
Honorables invités

Au nom de l’Ambassadeur de France, je vous remercie de l’honneur que vous m’accordiez de pouvoir prendre la parole dans le cadre de cette cérémonie. Nous sommes aujourd’hui réunis pour l’inauguration de l’entrepôt du Réseau de la Plateforme d’intervention régionale de l’océan Indien (la PIROI).
Cet évènement est l’occasion de signaler un bel exemple de coopération entre des institutions nationales comorienne (le croissant rouge comorien) et française (la Croix rouge réunionnaise et l’Agence française de développement) et également régionale (la PIROI) pour mutualiser les moyens humains et surtout matériels afin de mieux répondre à la gestion des risques de catastrophe naturelle.
L’inauguration de cet entrepôt fait d’autant plus échos à l’actualité récente aux Comores. Après les derniers évènements de 2012 (pluies torrentielles sur Ngazija), nous avons vécu au début de l’année 2014 le passage du cyclone Hellen avec ses conséquences matérielles et humaines notamment à Anjouan et à Mohéli qui ont démontré qu’il était nécessaire d’aider les structures locales à gérer des stocks d’intervention afin à répondre à l’urgence le temps que la solidarité internationale se mette en place.

La France a fait le choix stratégique d’aider les Comores à mieux préparer ses capacités de réaction rapide aux risques naturels et de travailler en amont. Comment s’articule l’aide française aux Comores ? Cette aide s’appuie sur plusieurs associations d’utilité publique, à qui je rends hommage aujourd’hui pour leur mobilisation pour venir en aide aux sinistrés : Le Croissant Rouge Comorien, la Croix Rouge française, la Plateforme d’intervention Régionale de l’Océan Indien : la PIROI et l’Agence française du développement : l’AFD.

Jusqu’en 2011, la CRF disposait d’une délégation permanente aux Comores et a continué de mener des projets en partenariat avec le CRco. Face au constat collectif de l’existence de fortes disparités dans la capacité de prévention et de réponses aux catastrophes, la Croix Rouge française a créé en 2000 la PIROI avec une mission régionale de gestion des risques de catastrophes (GRC) dans la zone Sud-ouest de l’océan Indien. Cette "Plate-forme d’Intervention Régionale » est composée de différents membres du Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. Le Croissant-Rouge comorien est l’une des 7 sociétés nationales membres de la PIROI. Dans la continuité de sa vocation régionale, la PIROI a développé dès 2007 un projet de prépositionnement et de mutualisation de matériel humanitaire. Depuis 2000, la PIROI a été mobilisée à 40 reprises dans la zone d’intervention pour permettre aux populations sinistrées d’accéder à l’eau potable, à l’assainissement, à des abris d’urgence ou encore pour prévenir les risques d’épidémies. Le programme PIROI est cofinancé par l’Etat français, l’UE, l’AFD ainsi que les collectivités locales réunionnaises.

Le projet de construction d’entrepôts de stockage s’inscrit dans une convention de partenariat entre l’Agence française de Développement et la Croix Rouge française. C’est un projet régional qui a démarré en 2009 avec le soutien financier de l’AFD et ayant comme objectif initial d’améliorer la capacité logistique de réponse aux catastrophes naturelles des Comores, de Madagascar et des Seychelles. Bien que chaque pays possède un dispositif de secours performant, auquel sont intégrées les organisations du Croissant – Rouge et de la Croix – Rouge, les pays du sud – Ouest de l’Océan Indien doivent faire face à des catastrophes naturelles de grande ampleur. L’AFD a déjà financé à hauteur de 750 000 euros 4 entrepôts (2 à Madagascar, 1 aux Comores et 1 aux Seychelles).
Honorable assistance,

Dans le cas récent des Comores, ces institutions continuent de travailler de concert en répondant à l’alerte jaune déclenchée par les autorités comoriennes suite aux dégâts provoqués par le passage du cyclone Hellen, en particulier sur l’île d’Anjouan. En appui à l’opération préalable menée par le Croissant Rouge comorien, la Croix Rouge française a acheminé du matériel à partir des entrepôts de sa Plateforme d’intervention régionale basée à la Réunion vers les zones sinistrées des Comores. Cette première aide a été financée par les fonds d’urgence de la Fédération internationale de la Croix Rouge.
La construction de cet entrepôt que nous inaugurons ce jour répond à une manifestation d‘intérêt conjoint de la Croix-Rouge française et du Croissant Rouge comorien pour la construction et l’acquisition de structures de stockage. Il est financé par des fonds AFD à hauteur de 113 644 749 KMF (231 000 euros). Aux Comores, le Croissant Rouge comorien dispose désormais d’un entrepôt avec une capacité de 80 tonnes de matériel de secours (abris d’urgence, traitement d’eau, kits de première nécessité, ..). Une partie du matériel est actuellement disponible, une autre partie est en cours d’approvisionnement avec une fin de livraison des stocks prévue en juin 2014. Cet entrepôt est donc aussitôt opérationnel. A souligner que ce hangar est implanté sur un terrain qui a été cédé gracieusement au Croissant – Rouge Comorien par l’Etat comorien.
Cet outil doit permettre une réponse d’urgence et approprié aux besoins de la population comorienne lors de catastrophes naturelles. Les événements récents soulignent encore plus son utilité. Saluons ensemble ce bel exemple de coopération entre nos institutions, car c’est en travaillant ainsi ensemble en bonne intelligence que nous réussirons. La France, à travers ses institutions, restera aux côtés de ses partenaires comoriens.
Vive la coopération régionale et vive la coopération franco-comorienne.

Je vous remercie.

Dernière modification : 30/04/2014

Haut de page