Portrait de la Femme du mois

JPEG

Bonjour Ambre, tout d’abord merci de nous accorder cet entretien, pouvez-vous vous présenter en quelques mots et nous présenter vos responsabilités ? En quoi consistent vos activités ? Quels sont les principaux objectifs de votre mission ?

Je suis volontaire du progrès (France volontaire région Réunion) et affectée au Parc Marin de Mohéli en tant qu’assistante technique spécialisée environnement marin.

Après avoir travaillé dans un club de plongée en Espagne, au comité des pêches à l’île de la Réunion, dans un laboratoire d’analyse environnemental en Nouvelle-Calédonie et dans une association de protection des mammifères marins (CETAMADA) à Madagascar, me voilà au Parc Marin de Mohéli (PMM) pour découvrir un nouveau domaine qui est la gestion d’une aire marine protégée. Mes responsabilités consistent essentiellement à appuyer le PMM dans toutes les activités, que ce soit l’élaboration et le suivi de projets, la réalisation des suivis écologiques des cibles de conservation, le renforcement des capacités des écogardes, des associations villageoises, ainsi que de la gestion administrative.

Quels sont les 3 mots qui vous caractérisent le mieux ?

Passionnée, impliquée, intègre.

Comment le parc marin de Mohéli est-il perçu aux Comores ? Comment se porte-t-il à l’heure actuelle ?

Je pense malheureusement que la majorité des comoriens connaît le parc sous un aspect plutôt négatif c’est à dire ses limites et ses interdictions (pêche au filet et braconnage de tortues). Très peu d’entre eux comprennent l’utilité réelle du PMM. Mais restons positifs on dit que, pour une aire marine protégée, 10 ans, c’est la jeunesse, 20 ans, la maturité, et 30 ans, la maîtrise ; alors le Parc Marin de Mohéli, après avoir soufflé ses 13 ans cette année, est à un tournant de sa vie. Il est temps aujourd’hui qu’il rayonne en tant qu’OUTIL DE DÉVELOPPEMENT de l’Union des Comores.

Depuis maintenant deux ans, l’Agence Française pour le Développement a débuté l’instruction du programme d’appui au Parc Marin de Mohéli, avec comme objectif de créer le premier fonds fiduciaire des Comores, permettant ainsi au PMM de disposer de moyens de fonctionnement permanents. Le Gouvernement de l’Union des Comores est bien évidement très investi dans ce projet d’envergure nationale.

Comment s’est passée votre intégration dans le pays/ dans l’île ?

Il m’a fallu environ 3mois pour commencer à prendre mes marques, connaître les personnes et les lieux que j’allais fréquenter. Je peux vous assurer que les mohéliens sont des personnes très chaleureuses, et ils m’ont vite fait comprendre que je devais tout d’abord maîtriser leur langue, le shikomori, pour pouvoir prétendre à une entière intégration.

Vous signez pour une troisième année, qu’est-ce qui vous pousse à rester sur cette île ?

Je suis au PMM depuis plus de deux ans, j’ai contribué à la mise en place de différents projets ; le plus important étant le programme d’appui au PMM financé par l’AFD. Je tenais à rester aux Comores pour accompagner ce développement du parc jusqu’au bout.

Si vous deviez donner quelques conseils à des jeunes Comoriens ou Français qui souhaitent marcher dans vos pas, quels seraient-ils ?

Soyez curieux tous les jours car la chose la plus importante est de ne pas cesser de s’interroger.

Que peut-on vous souhaiter pour la suite ?

De toujours faire des choix et prendre des décisions en accord avec ce que je suis.

Merci beaucoup pour le temps que vous nous avez accordé, nous vous souhaitons une bonne continuation et une bonne réussite dans vos projets aussi bien personnels que professionnels.

Dernière modification : 03/07/2014

Haut de page