Suivre les cendres volcaniques en temps réel, un projet français devenu réalité

JPEG

Des compteurs d’aérosols embarqués à bord de ballons-sondes sont désormais capables de suivre le déplacement des nuages de cendres volcaniques et plus globalement d’étudier la qualité et la quantité des aérosols dans l’atmosphère et la haute atmosphère. Un événement dans la communauté scientifique, mais aussi industrielle.

.

L’idée d’embarquer à bord de ballons des outils de mesure des aérosols présents dans l’atmosphère n’est pas nouvelle. Depuis les années 60, les hommes cherchent à étudier les particules, liquides ou solides, en suspension dans l’atmosphère entre le sol et 60 kilomètres d’altitude. Ce sont des éléments provenant de l’activité industrielle ou du trafic routier, d’éruptions volcaniques ou des poussières interplanétaires.

.

Les contraintes restaient cependant jusque là fortes puisque le poids des matériaux de détection de ces aérosols était tel que les opérations de prélèvement nécessitaient de prévoir des ballons importants pour s’élever et aller prendre des mesures jusqu’à 40 kilomètres.

.

L’épisode volcanique en Islande en avril 2010 a permis d’accélérer les recherches en mettant en évidence les besoins pressants dans ce domaine. Dès la fin de l’année 2010, le projet initié par Jean-Baptiste Renard a été accepté par l’Agence nationale de la Recherche et plusieurs partenaires se sont joints au Laboratoire de Physique et Chimie de l’Environnement et de l’Espace : la société Environnement-SA ; le Laboratoire des Sciences, du Climat et de l’Environnement ; le Laboratoire d’Aérologie ; le Centre national d’études spatiales.

.


Les quatre premiers vols expérimentaux
réalisés en Islande et dans le nord de la Suède, en juillet et août 2011, ont finalement été concluants. Une réflexion sur les moyens nécessaires à une production plus importante est désormais conduite par le partenaire industriel, car la demande se précise.

.

Pour en savoir plus sur ce projet français, consultez le document PDF ci-dessous.

PDF - 118.2 ko
(PDF - 118.2 ko)

Dernière modification : 02/01/2012

Haut de page