Un nouveau moustique découvert à Mayotte

Des chercheurs de l’IRD et leurs partenaires de l’Agence régionale de santé océan Indien viennent d’identifier une nouvelle espèce de moustique à Mayotte. Celle-ci pourrait transmettre de la dengue et le chikungunya.

Les chercheurs ont passé au crible l’ensemble de l’île, à la recherche du moindre moustique ou larve. Leur objectif : établir l’inventaire complet des espèces mahoraises. Grâce à des études morphologiques approfondies et au séquençage moléculaire des individus collectés, les entomologistes ont mis à jour une diversité considérable d’espèces au regard de la petite taille du territoire (376 km²). Ils ont répertorié 4 espèces de moustiques Stegomyia dont une espèce jusque-là inconnue, qu’ils ont baptisée Stegomyia pia . Son corps noir et brillant est orné d’écailles à reflet argenté ou jaune – « pia » signifie « joli » en Shimaore. Une apparence flatteuse sous laquelle se cache un mauvais caractère nuisible…

Stegomyia pia recèle en effet un potentiel de transmission de graves maladies virales, telles que la dengue et le chikungunya qui sévissent dans l’océan Indien et le Pacifique. Elle appartient au même groupe que les moustiques Aedes aegypti et Aedes albopictus , ce dernier étant mieux connu sous le nom de moustique tigre. Ce groupe réunit des espèces très proches sur les plans morphologique et physiologique ainsi que pour de nombreux traits de vie – gîtes larvaires préférentiels, habitudes alimentaires et la longévité. Toutes sont connues pour transmettre par leur piqûre ces infections. L’inventaire ayant été réalisé essentiellement sur les stades larvaires aquatiques et hors période épidémique, les scientifiques n’ont pas pu mettre la main sur des Stegomyia pia porteuses de l’un de ces virus et, donc, démontrer sa capacité vectorielle. Mais la présomption qui pèse sur cette nouvelle espèce est forte.

La 4ème espèce de Stegomyia de Mayotte est a priori endémique de l’île : les chercheurs ont établi que Stegomyia pia est une espèce autochtone, et non introduite à partir d’une autre région du monde comme son cousin le « moustique tigre », originaire d’Asie de l’Est. Cette espèce se révèle relativement abondante : elle a été identifiée dans 6 % des 420 sites échantillonnés, principalement dans les petites collections d’eau des trous d’arbres et de bambous coupés. La découverte de cette nouvelle espèce permet de mieux connaître les moustiques à combattre, leurs particularités et leurs habitudes, notamment alimentaires. Elle pourra conduire à mieux prévenir le risque de transmission des maladies. L’équipe de recherche évalue désormais les caractéristiques de ce moustique et les préférences des femelles adultes pour leur repas de sang.

Partenaires : Agence régionale de santé (ARS) océan Indien, Mayotte, France.

Références : Le Goff Gilbert, Brengues Cécile, Robert Vincent. Stegomyia mosquitoes in Mayotte, taxonomic study and description of Stegomyia pia n. sp. Parasite , 2013, 20, in press.

Source : Institut de Recherche pour le Développement (IRD) - article publié le 12 Septembre 2013

PNG

Dernière modification : 13/11/2013

Haut de page