Un premier cimetière Musulman en France

JPEG - 29.1 ko
Entrée du Cimetière
©Ernest Laemmel/ Ville de Strasbourg

Une étape importante dans l’intégration des populations musulmanes au sein de la société française

.

Le 6 Février, le premier cimetière public musulman a été inauguré en France dans la région de Strasbourg. Cet événement est l’aboutissement d’un projet qui fut adopté à l’unanimité par le conseil municipal de Strasbourg le 7 Juin 2010. Selon Habiba Al Aabqary, conseillère au Conseil Régional du Culte Musulman : « C’est un long travail et de très nombreuses réunions, qui ont enfin abouti. »

.

L’inauguration a connu un succès médiatique majeur, et près de 50 journalistes avaient fait le déplacement, notamment d’Allemagne, mais aussi de Turquie, grand pays musulman avec lequel la France entretient des relations importantes. L’événement a été retransmis par la chaîne Al Arabiya et suivi par les téléspectateurs de plusieurs pays du monde arabo-musulman.

Les membres du conseil municipal plantent un cèdre du Liban - JPEG

Au-delà de cette inauguration, c’est un symbole important, puisque quelque 2000 lieux de culte musulman sont ouverts en France. Si un Conseil National du Culte Musulman a été créé, aucun cimetière entièrement dédié aux fidèles de l’Islam n’existait jusqu’ici. Ce lieu permettra plus facilement aux musulmans ayant vécu en France d’être inhumés sur place. Cela correspond à une tendance lourde en rapport avec la place du culte musulman dans la société française.

.

Il s’agit de donner aux différentes religions une égalité de droit et de devoirs. Ce lieu répond à une forte demande de la part de la communauté musulmane installée en France, qui souhaitait pouvoir disposer de ses propres lieux de sépultures. Ce n’est pas un acte communautaire, mais bien au contraire une façon de rapprocher les français d’obédiences diverses. Ce cimetière participe directement à la tradition de coexistence harmonieuse des différentes communautés religieuses en France.

.

La ville a utilisé les possibilités du concordat pour répondre aux besoins spécifiques des fidèles. Cet édifice s’étendant sur près d’un hectare, qui est orienté vers La Mecque, et possède une salle d’ablution prévue à l’entrée, pourra accueillir près de mille sépultures. Sa construction a duré 2 ans, et a nécessité un budget de 800 000 euros.

.

L’ouverture officielle de ce cimetière a été honorée par la présence du sous–préfet David Trouchaud, représentant le Préfet d’Alsace, du maire de Strasbourg, Roland Ries, de son adjoint délégué aux cultes, Olivier Bitz, ainsi que de son adjointe déléguée à l’état civil, Anne-Pernelle Richardot. Les membres de l’opposition municipale étaient aussi présents, l’ancienne maire Fabienne Keller et Robert Grossmann afin de rappeler que ce projet avait été adopté à l’unanimité par le conseil municipal.
.

Les autorités musulmanes françaises étaient, quant à elles, représentées par Mohammed Moussaoui, président du Conseil du Culte Musulman, Djeloul Bouzid Grand Mufti de la mosquée de Paris, Slimane Kadour, représentant de Dalil Boubakeur, Grand Recteur de la mosquée de Paris. Les responsables des cultes catholique, protestant, juif et orthodoxe avaient eux aussi fait le déplacement afin d’exprimer leur soutien.

JPEG - 18 ko
Des membres de la communauté musulmane plantent un cèdre du Liban
©AFP / Frédérick Florin

Le recteur de la mosquée de Paris Dalil Boubakeur par la voix de son représentant Slimane Kadour, ose même la formule du « mourir ensemble » après le « vivre ensemble ».
Le Conseil Français du Culte Musulman s’est félicité de l’ouverture du cimetière, et à souligner la dimension positive de cet évènement pour toute la communauté française dans son ensemble.

.

Mohammed Moussaoui à quant à lui expliqué : « La création du premier cimetière musulman de France, est le produit d’un dialogue fructueux et constructif entre les instances représentatives du culte musulman et les autorités françaises […] Alors qu’en fin 2008, on dénombrait à peine 70 carrés confessionnels musulmans dans les cimetières communaux, aujourd’hui on en recense plus de 200. »

Dernière modification : 12/03/2012

Haut de page